De l'enfermement à l'envol: rencontres littéraires

De l'enfermement à l'envol: rencontres littéraires

Sylvie Frigon

Language: French

Pages: 123

ISBN: 2:00347382

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


« De l’enfermement à l’envol, rencontres littéraires » est un ouvrage unique qui présente des textes de création issus d’ateliers littéraires menés en milieu carcéral ou communautaire. Les ateliers ont eu lieu aux prisons Leclerc (pour hommes), Joliette (pour femmes) au Québec, ainsi qu’à la prison pour femmes de Marseille en France. Ils ont également été tenus dans les centres Elizabeth Fry (Gatineau), Les Impatiens et La rue des femmes (Montréal). Ils ont été menés par des auteurs de l’Ontario français, sous la direction de Sylvie Frigon, professeure et chercheure à l’Université d’Ottawa, spécialisée en création en milieu fermé.

Des artistes « du dehors » ont joint leur voix à ces œuvres en créant à leur tour des textes inspirés par l’enfermement : Jane Evelyn Atwood, Natalie Beausoleil, Chrystine Brouillet, Margaret Michèle Cook, Denise Desautels, Valérie Descroisselles-Savoie, Claire Jenny, Andrée Lacelle et Michel Ouellette.

Cette initiative est une collaboration entre l’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français et la Chaire de recherche « La prison dans la culture, la culture dans la prison » de l’Université d’Ottawa. L’ouvrage est publié en coédition par les Éditions du remue-ménage et les Éditions Prise de parole.

Les textes de l’ouvrage couvrent une vaste gamme de genres littéraires courts, passant du poème au slam, du théâtre à l’épistolaire, du récit bref au conte. La parole y est le plus souvent directe et sans fard. Elle est parfois profondément liée au quotidien, dont elle traduit avec force les enjeux, les trahisons et la quête. Ailleurs, elle se pare de merveilleux, s’habille de la métaphore pour faire un clin d’œil à la vie.

Et d'ailleurs

La Soliste (Docteure Irma, Tome 3)

White Piano

The Selected Short Fiction of Lisa Moore

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

exercice de réchauffement utilisé est le cadavre exquis, un jeu collectif inventé par les Surréalistes. Il s’agit d’une histoire composée par plusieurs personnes, qui en ajoutent une partie à tour de rôle (quelques mots, une ligne) sans voir ce que les autres ont écrit. En voici deux exemples tirés des ateliers : Tous les mois j’ai un parloir double avec mon ami, quand il s’en va, je suis triste et attends avec impatience le mois d’après / J’imagine un beau coucher de soleil au bord de mer /

Martin S. Il est à peine vingt heures et je pleure, car mon cœur est rempli de peur et de douleur. Je n’ai que cinq ans et pourtant, mon cœur est déjà brisé, pourquoi? � Maman, maman, reviens! » Mais aucune réponse d’elle. À sa place, une étrangère vient me border et me réconforter. Vingt heures trente, des torrents de larmes coulent toujours sur mes joues, je crois bien que je vais en devenir fou ou pire, mourir noyé dans mon lit. Pourquoi m’a-t-elle abandonné, pourquoi suis-je avec des

pourquoi Lima intriguait Kevin à ce point. Mais ce que lui-même ne savait pas, c’est que chaque jour que Lima ne portait pas attention à Kevin, celui-ci perdait son don de séduction. C’est comme cela que, de jour en jour, Kevin a perdu sa réputation. Mais celui-ci n’arrivait pas à comprendre pourquoi le don qu’il avait ne fonctionnait plus sur Lima. Quelques années plus tard, Lima se promenait dans le centre d’achats quand elle aperçut un jeune homme qui aidait une personne âgée avec ses sacs.

Éric, spontané, débordant d’énergie, avec sa grande simplicité, est entré dans ce contexte où il a dérouté mes étudiants. On s’est mis à jouer avec les époques, il nous a éveillés à ce que les mots évoquaient pour nous. On a fait des exercices, comme des cadavres exquis, pour sortir des clichés et on a élargi le concept de la beauté : comment dire les choses autrement? Ça ouvre les sens et ça laisse place à l’imagination, ce qui nous permet de rêver dans un monde meilleur, l’imaginaire. Les

jaloux. Fait qu’Annie m’appelle en braillant. J’y dis Annie, endure pas, Fais pas comme moé. Quarante-deux ans d’enfer! J’me couchais avant qu’y arrive, J’voulais pas y parler, parce que ça virait toujours à’ chicane. Pis c’était laitte, Fallait que je l’crisse dehors, que j’me mette su’l’BS. Quarante-deux ans d’enfer! Ça commence à faire! J’ai fait mon temps! Toute ma vie sous probation. Depuis 69, j’fais affaire avec la justice, Des vols, des fraudes. C’tait d’la rage, Moé

Download sample

Download

Comments are closed.