Et d'ailleurs

Et d'ailleurs

Jean Marc Dalpé

Language: French

Pages: 20

ISBN: 092081459X

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Jean Marc Dalpé part à la découverte de New York, Paris et Sudbury.

Attablé devant un café ou une bière dans les restaurants, les cafés ou les hôtels, le poète se fait observateur des réalités parfois crues du monde qui l’entoure. Du hard-rock des hôtels du Nouvel-Ontario au jazz de New York en passant par les accordéons de Paris, Jean Marc Dalpé nous fait sentir le rythme quotidien d’ici et d’ailleurs dans un langage qui s’apparente au pouls de la rue.

Séraphin: Nouvelles histoires des pays d'en haut, Tome 1

Leaving Home, Of the Fields, Lately, and Salt-Water Moon: Three Mercer Plays

Mercy Among the Children

The Black Joke

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

silence des machines réservées aux habits de travail Mohammed Ali est à Toronto l’automne est à Sudbury ici les feuilles tombent la pluie aussi et moi je suis seul avec une femme et son fils en jean jacket aussi 1, 2, 3, 29 machines à laver 18 sécheuses 1 distributrice de Pepsi 1 téléphone payant 1 distributrice de savon (out of order) 1 machine de change (out of order) quelques chaises, trois tables deux poubelles, un café la dernière mouche vivante de la saison la chaleur et

1995. Les murs de nos villages (coauteur d’un collectif), Sudbury, Éditions Prise de parole, 1993 [Rockland, Éditions Sainte-Famille, 1982]. avec Robert Marinier et Robert Bellefeuille, Les Roger, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1985. avec Brigitte Haentjens, Hawkesbury Blues, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1982. avec Brigitte Haentjens, Nickel, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1981. Traduction Deux, (paru en anglais sous le titre Two rooms, Winnipeg, Scirocco Drama, 2011),

ciment muet et sur la brique roulent des yeux rougis devant l’Armée du Salut des trous dans les jean jackets et les pantalons en fortrel s’égouttent quelques mots méchants et durs qui claquent en tombant au trottoir se changent en serpents à sonnettes se mettent à glisser vers un greasy spoon mordent pneus et chevilles en chemin parfois, ils manquent leurs coups et se retrouvent la gueule en sang ne pouvant même plus boire un café ils traversent aux lumières et entrent à l’hôtel

étalages pour le marché du matin. Pour lui, la fête c’est demain. » plus tard Aux Quatre Sergents on ferme et un ancien militaire nous reconduit au trottoir gentiment en nous parlant de l’Indochine les fantômes de ses copains l’attendent pour un dernier pot à la table du coin. à cette heure-ci la rue est un lieu d’homnes qui s’égoutte la crasse, la bière, les rêves les excès les coups reçus, les coups donnés ça fait des tas de petits torrents pourtant le silence nos pas

mais brille ici et là sur le métal sur le chrome des pare-chocs les guidons des bicyclettes les cylindres des motos les vitrines, les miroirs sur les boucles des ceintures et les peignes dans les cheveux des patronnes chic septième des boutiques pour dames sur la peau rugueuse des volailles déplumées entassées sur le comptoir devant la boucherie brille même sur la peau lisse et noire de la princesse négresse en décolleté sur le trottoir dans son cadre de porte café crème et

Download sample

Download

Comments are closed.