La Commanderie (Alexandre Jobin, tome 2)

La Commanderie (Alexandre Jobin, tome 2)

André Jacques

Language: French

Pages: 233

ISBN: B000Q9SF5C

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Ceux qui ont lu le captivant roman policier Les Lions rampants reconnaîtront dans La Commanderie la manière propre à l’auteur : une histoire savamment machinée, des personnages à la fois complexes et étonnamment familiers, une intrigue moderne mais subtilement inscrite dans l’histoire et la culture. Ce thriller n’est pas sans rappeler les univers sophistiqués de Perez-Reverte.

L’antiquaire Alexandre Jobin, officier retraité de l’armée canadienne, est appelé à reprendre du service dans une bien curieuse affaire. D’abord engagé par une vieille et riche héritière pour faire évaluer des huiles et des aquarelles de peintres postimpressionnistes, il se retrouve bien malgré lui investi d’une seconde et plus périlleuse mission : retrouver, en Europe, la trace de la petite-fille de sa richissime commanditaire, mystérieusement disparue.

De Montréal à Paris, de la Haute-Provence à la Savoie, cette enquête entraîne notre héros dans une série d’aventures où se mêlent les milieux de l’art, les sectes ésotériques, les trafiquants d’images pornographiques, les partis politiques d’extrême droite et la mafia russe. La double mission qui au début s’annonçait comme un séjour touristique en France prend alors les allures d’une poursuite déchaînée.

La vida de las mujeres

Le milieu de partout

Fauna

Dagmar's Daughter

La Fabrication de l'aube

The Dog Who Wouldn't Be

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et Bibliothèque et Archives Canada Jacques, André La Commanderie (Collection QA compact) Publ. à l’origine dans la coll. : Tous continents. 2004. ISBN 978-2-7644-0684-7 (Version imprimée) ISBN 978-2-7644-1527-6 (PDF) ISBN 978-2-7644-1898-7 (EPUB) I. Titre. PS8569.A32C65 2009      C843’.6      C2009-940473-7 PS9569.A32C65 2009 Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) pour nos

vienne te chercher comme l’autre soir. Le ton était sec et autoritaire. Les jeunes avaient fini leurs verres en roulant des épaules et quitté le café en maugréant. � Allez, zou ! » avait ajouté le patron. Puis il s’était tourné vers le client : — Quant à vous, monsieur, je vous conseille de quitter la région le plus tôt possible. Vous commencez à en agacer plusieurs avec vos questions. Les gens d’ici n’aiment pas que des inconnus de la ville, surtout des journalistes, viennent mettre leur nez

une courbe et je l’ai aperçu trop tard. — Quand même joli par ici, observa-t-elle en admirant le paysage. — Sans doute, mais ça ne nous rapproche pas d’Apt. À Cadenet, ils s’étaient arrêtés dans un café pour manger un peu, car le mal de tête qui gagnait Alexandre n’arrangeait pas son humeur. À la terrasse du bistrot, il commanda une Heineken et un sandwich saucisson et fromage. Chrysanthy suivit la suggestion du patron : un pan bagnat et un petit rosé du pays. En un instant, l’huile d’olive

presque en ronronnant. Elle sourit en regardant défiler le paysage plat de la vallée du Rhône. — Il suffisait d’y penser, mon grand ! Après tout, il travaille dans une école. Chapitre 17 Fontecreuze, le lundi 10 septembre 2001 De retour à la chambre, en fin d’après-midi, Chrysanthy classait les centaines de feuilles recueillies. Certaines piles sur le dessus du lit, d’autres sur la table devant la fenêtre. Alexandre, bien installé dans un fauteuil, en feuilletait quelques-unes en sirotant le

de la prévision astrale à la résurrection d’anciennes chevaleries. D’autres servaient de transit bancaire à toutes sortes d’organisations plus ou moins légales et même à des groupes terroristes. Le tout bien couvert par la liberté de conscience et d’association. Les milieux dirigeants de certaines grandes entreprises et quelques rouages de l’État en étaient parfois gangrenés. — Voilà pourquoi, mon cher Châtillon, je transmettrai aussi vos documents à quelques collègues des Renseignements

Download sample

Download

Comments are closed.