La Femme de Sath

La Femme de Sath

Andrée A. Michaud

Language: French

Pages: 75

ISBN: 2890373304

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Au cours des dernières années, les écrits d’Andrée A. Michaud sont parvenus à se forger une place bien à part dans notre littérature. Déjà, en 1987, avec la publication de La Femme de Sath, l’auteure posait les jalons de ce qui allait devenir les traits caractéristiques de son œuvre. Elle revisite aujourd’hui ce premier roman, un suspense psychologique qui avait suscité les éloges de la critique.

À travers une écriture sobre et évocatrice, La Femme de Sath dévoile un lieu gorgé de secrets et de mystères. Les mots transportent le lecteur dans ce petit village où il devient presque impossible de distinguer le vrai du faux. De toute façon, la vérité est si insaisissable…

Une nuit d’automne, à Sath, une petite ville au bord de la mer, descendent du train un homme et deux femmes. À la fenêtre d’une chambre d’hôtel, une vieille dame épie le va-et-vient de ces étrangers qui semblent liés par un étrange destin. Les villageois aussi observent et propagent quelques commérages sur les nouveaux venus, jusqu’au jour où ils découvrent le corps d’une femme rejetée par la marée.

Une vingtaine d’années plus tard, quelqu’un découvre, sur le pas de sa porte, un mystérieux carnet, vraisemblablement les notes d’observation de la dame à la fenêtre. Il s’en suivra une enquête pour tenter de faire la lumière sur cette histoire qui a laissé des traces indélébiles dans la mémoire des gens de Sath...

Mon Nord magnétique

Le Petit Pont de la Louve

Sunshine Sketches of a Little Town (Penguin Classics)

Emancipation Day

Mordecai: The Life & Times

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

qu’il me fallait absolument trouver la femme de Sath ou l’une des personnes dont elle avait imaginé l’histoire, afin que la mémoire de Sath, recouverte par les eaux, n’y demeure pas confinée à jamais. Pour cela, j’avais besoin des yeux de ceux et celles que Sath avait éblouis, de tous ces regards arrêtés sur sa nuit, ses ombres, de tous ces souvenirs bercés par son murmure. Je partis donc en quête des survivants de Sath, des hommes et des femmes qui avaient vécu là, avaient été témoins. D’eux et

ses yeux étaient apparemment tournés. J’étais assise sur une pierre, un peu en retrait du feu, c’est-à-dire assez loin pour pouvoir l’observer à ma guise sans avoir pour cela le sentiment de mon indécence, et pour que mon champ de vision soit traversé par d’autres images que la sienne, par des corps et des visages insouciants près desquels elle ne pouvait paraître que plus lointaine, plus effacée. Quelque chose dans sa physionomie, pourtant, s’était transformé depuis la veille, et j’étais

on a le sentiment que ce qu’elle guette ainsi ne viendra pas de l’horizon, mais de l’intérieur, de sous les eaux, qu’il doit s’agir d’une chose engloutie par la mer, qui normalement devrait revenir là, sur cette plage de Sath. L’homme aussi attend, mais on ignore si c’est à cause d’elle, si c’est d’elle que lui vient cette idée de s’installer face à la mer, ou s’il savait avant. On l’aperçoit parfois, debout à sa fenêtre, comme elle, mais il ne s’attarde pas. Il regarde un peu, baisse la tête,

deux femmes, celle d’aujourd’hui et celle d’hier, celle qui pleure et celle qui a compris que le rire n’était pas interdit, tient dans ce dernier segment de phrase, ne pas trahir. Ne pas trahir celle qui n’osait encore se dire écrivaine, mais ne pas trahir, non plus, celle qui a vieilli en écrivant. Cette volonté de respecter la pensée qui était alors mienne, sans toutefois faire abstraction de l’expérience qui me permet d’en améliorer l’expression, a guidé mon travail. Je me suis contentée, en

qui ne parle pas, qui se contente de répéter ce mot que l’on ne comprend pas. On en arrive à croire qu’un seul mot lui suffit, résume tout ce qui lui importe, et que les autres, par conséquent, ne peuvent lui être utiles. On croit cela possible, mais puisqu’on ne connaît pas le mot, on continue d’observer l’homme, on attend avec lui. Il vient de s’allumer une cigarette et le mouvement de sa tête s’inclinant légèrement vers l’arrière pour expulser la fumée le porte à regarder plus loin, vers ce

Download sample

Download

Comments are closed.