La Serveuse du Café Cherrier

La Serveuse du Café Cherrier

Yves Beauchemin

Language: French

Pages: 278

ISBN: 2894855222

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Mélanie Gervais, une jeune Trifluvienne d’une beauté à faire damner un saint, quitte sa ville natale dès sa majorité pour s’établir à Montréal. Elle y fait la connaissance de Pierrot Bernard, un aspirant romancier quinquagénaire dont les ambitions semblent sur le point de se concrétiser.

Malheureusement, les apparences sont souvent trompeuses. Lorsqu’elle rencontre Justin Périgord, qui se dit prêt à publier le roman de Bernard, Mélanie commence à douter de la noblesse des intentions de l’éditeur improvisé.

La tournure des événements cimente la méfiance de Mélanie à l’égard des hommes et des affaires de coeur. Fuyant Périgord et le Café Cherrier où elle travaillait, elle se retrouve à l’emploi de l’Haïtienne Gerbederose Café, en compagnie de l’ex-itinérant Tonio Blanchet. Avec le cégépien Louis Perez, un client qui tombe éperdument amoureux de la belle serveuse, peut-être pourront-ils aider Mélanie à affronter les épreuves qui s’annoncent...

Au bout de l'exil, Tome 1: La grande illusion

Le Filet : Une tragédie maritime

Le Soleil se lève au Nord

Mirror Lake

Whirl Away

The Romantic

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

arriva au café, calme, stoïque, prête à se remettre au travail, et défendit à tout le monde d’émettre la plus petite allusion au malheur qui venait de la frapper. Gerbederose, quelques jours plus tard, s’y risqua. Elle s’en repentit. — De grâce, lança Mélanie, furieuse, fiche-moi la paix, veux-tu ? Est-ce que je te parle de ton curé, moi ? Et elle lui tourna le dos. Du fond de la cuisine, Tonio avait suivi la scène, tout déconcerté. Est-ce qu’un nouveau malheur venait d’arriver ? La Mercier

Louis tapa du poing sur le fauteuil : — Tu veux le tuer ? Merveilleux ! Ça vaut un prix Nobel de stratégie ! J’irai te porter des oranges en prison. Mais peut-être que les choses ne tourneront pas comme tu le voudrais, et que je devrai plutôt aller te porter des fleurs au cimetière ? C’est pas grave ! Dans les deux cas, je peux me permettre cette dépense. Elle darda sur lui un regard glacial : — Je peux me passer de ton esprit… De toute façon, je n’ai jamais eu l’intention de le tuer.

adieux. 11 À présent, Mélanie dormait deux ou trois fois par semaine chez Pierrot Bernard. L’appartement ne lui plaisait pas beaucoup : ses plafonds bas, l’exiguïté des pièces, le caractère froid et impersonnel de l’immeuble, l’impression, à se trouver si loin de la rue, de flotter dans une sorte de bulle, coupé de la vie, tout cela faisait parfois naître chez elle une vague sensation d’étouffement. Mais son attachement pour le romancier l’emportait sur ces désagréments et le fait de pouvoir

bon pour la santé, et particulièrement par temps froid. Mélanie hésita une seconde, puis : — Un rendez-vous avec qui ? — Avec Justin Périgord. J’ai à te parler à ce sujet. Mais, auparavant, poursuivit-il avec un entrain quelque peu forcé, je vais me réchauffer un peu la carcasse. Brrrrr ! Il se versa une tasse de café, y ajouta le filet de crème et les trois cuillerées de sucre habituels, aspira bruyamment une gorgée et s’attabla devant Mélanie. — Ma chérie, j’ai un grand service à te

avoir parlé ! Il aurait fallu que je la prépare un peu, voyons… Elle va me trouver méfiante. Elle ne voudra pas. Et puis, je lui avais promis de garder notre affaire secrète. — Essaie quand même. Il le faut, ajouta l’Haïtienne d’un ton sans réplique. À la grande surprise de Mélanie, Élisabeth Mercier accepta de fort bonne grâce, ajoutant qu’elle allait lui proposer elle-même une entente notariée. C’était normal, vu l’importance de leur projet. Elle posa alors la question tant redoutée par

Download sample

Download

Comments are closed.