Les Années de bataille

Les Années de bataille

Claude Vaillancourt

Language: French

Pages: 404

ISBN: 2:00351374

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Sept personnages, et autant de péchés. Quand la conscience dit non et qu'on choisit sciemment de l'ignorer, il faut être prêt à en payer le prix. Parce que, au-delà de la réussite, il y a la vie. Celle qu'on voudrait mener si seulement on avait assez de volonté.

Avec humour, avec un sens précis de l'observation, ce roman, conçu comme un sudoku, raconte l'histoire tantôt loufoque, tantôt attendrissante de personnages qui se démènent dans la lutte quotidienne pour la survie.

Quatre femmes et trois hommes se sont connus selon le hasard des rencontres dans une grande ville. Ils sont à leur début dans la vie. Ils sont ambitieux, rêvent de réussir. Mais ils se débattent dans un monde où la concurrence est élevée au rang de valeur suprême. Alors ils doivent être prêts à tout, ne pas flancher, rester sur le qui-vive. Pour eux, ce sont les années de bataille.

Ils se lancent dans des chemins différents, se revoient par hasard, se retrouvent, tombent amoureux, fuient, se perdent et se retrouvent à nouveau. Comme dans la vie...

Par une large auscultation du monde d'aujourd'hui, ce roman nous fait pénétrer dans différents univers, nous mène d'un spectacle de théâtre ou de danse moderne aux antres du crime et de la prostitution, des coulisses du journalisme à la misère dans des pays détruits par la pauvreté, des recherches d'un savant sur la naissance de la démocratie aux magouilles financières d'une classe assoiffée de richesses.

Ceci est mon corps

The Romantic

À l'abri du silence (La Fille du Pasteur Cullen, Tome 2)

Journal d'un écrivain en pyjama

La terre sans mal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Étienne pense à ces personnes qui se sont mises en travers de sa route ces derniers jours : un mort, une passionaria, une femme de la finance qui s’est donnée à lui avec une étrange voracité. Un journaliste voit ses relations entretenues par l’habitude et les liens qui s’ensuivent demeurent aisés et prévisibles. Des gens bien vivants se livrent à lui le temps d’une entrevue, se montrent tels qu’ils ne sont pas, posent pour la presse, mentent s’il le faut, puis disparaissent dans une autre vie,

commence à te connaître, à t’apprécier. Tu as tourné dans des salles réputées. D’une chorégraphie à l’autre, tes tournées se sont prolongées. Tu connais très bien l’effet d’un solo : on te confinera à de plus petites salles, tu t’adresseras à un public nettement plus limité, pour ne pas dire confidentiel. Après, il faudra tout recommencer, et ce sera plus difficile qu’avant. Parce qu’on se demandera ce qui t’a pris, qu’on pensera que tu as été à court d’inspiration, qu’on ne peut plus entièrement

Hugo d’un pareil déballage ? Il approuve, il n’a pas vraiment le choix. Il aime souvent provoquer, tenir des discours qui choquent, qui déconcertent. Il est sans aucun doute surpris d’entendre ces propos dans la bouche de Stéphanie, l’enfant sage, l’élève modèle. C’est bien sûr dans le for intérieur de Stéphanie que cette conversation agit, comme si elle formulait pour la première fois des vérités claires mais cachées, et ces vérités pénètrent en elle sous le regard bienveillant de Hugo qui,

adopté une nouvelle caissière, aussi jeune, naïve et jolie que Xavière au moment où elle avait commencé à travailler à la banque, il lui accordait les mêmes faveurs, auxquelles la jeune femme répondait d’une façon nettement plus timorée. Il faut dire que Xavière l’avait bien avertie : ne pas le laisser trop approcher, refuser ses invitations, l’empêcher de raconter ses histoires invraisemblables. Ces conseils étaient inutiles : il semblait que Serge grossissait chaque jour, qu’il devenait

Comme quoi il ne faut pas se fier aux apparences… Tout allait bien, à cette époque. Il avait même surmonté avec courage l’épreuve de la mort de son père, il s’était comporté comme un brave fils, avait tout pris en main, l’enterrement, la cérémonie, les rencontres avec le notaire ; il avait consolé sa mère, ses sœurs, avait agi tel un brave chef de famille, avait séduit ses oncles et ses tantes qui n’étaient jamais parvenus à le détacher vraiment de la réputation de bon à rien répandue avec zèle

Download sample

Download

Comments are closed.