The Poison Eater

The Poison Eater

Language: English

Pages: 0

ISBN: 0857666355

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Poison never lies.

Tali was once one of the seven martyrs of the forgotten compass. She barely escaped that life with her body and soul intact.

Now she has a new life as a poison eater in the city of Enthait. Here she is hailed as one of the city's protectors. No one knows her history. No one has asked about her past. She's been here so long that Enthait is her home now, these are her people. She loves them and they her.

But in the Ninth World, the past is a living, breathing thing. And when it hunts you down, you can run. You can fight. Or you can die.

File Under: Science Fantasy

February

Vinyl Cafe Unplugged

Entre l'aube et le jour (Chroniques du Nouvel-Ontario, tome 2)

Une femme comblée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

à minuit et quart. � Tu rentres de bonne heure? — Toué, mêle-toué de tes affaires. » Elle s’endormit ce soir-là en pleurant dans son oreiller. CHAPITRE VII Andréanne avait été une enfant précoce et elle vieillissait maintenant à vue d’œil. C’est qu’elle perdait ce bel optimisme de la jeunesse. Elle commençait à souscrire à la loi de Murphy qui dit que, s’il y a une possibilité, si minime soit-elle, que quelque chose tourne mal, on peut être assuré que cela se produira. Une telle philosophie

simple raison qu’ils le savent éphémère, à gâcher la vie en pensant à la mort ou à gâcher la joie en pensant à la peine. Une des plus grandes sagesses que l’homme puisse atteindre, c’est de savoir profiter du moment présent et cette sagesse, il faut bien l’avouer à notre honte, tous les autres animaux l’ont à un degré supérieur et sans même la rechercher parce qu’ils ne sont pas encombrés d’une intelligence qui cherche à tout prévoir. Tout se paie en ce bas monde et cette lucidité à laquelle nous

t’as le choix entre déménager dans le sud ou changer ta manière de vivre jusqu’à temps que tu y trouves assez d’avantages pour être à l’aise. Parce qu’une chose est certaine: l’hiver icitte ça va tout le temps être frette. Le montant de gin que tu bois peut pas changer ça plus qu’une couple d’heures. Pis si t’en prends trop, y vient un temps que tu pognes le shake même quand y fait chaud. — Je veux ben vous crère mais ça me donnera pas un bon mari pis une belle maison. — Pourquoi pas? t’as rien

déménage, devient une de ces sans-abri qui hantent le centre-ville de Toronto et finit par mourir du sida à trente ans. Un roman que personne n’aimera mais qui pourrait bien être plus réaliste que la première version. C’est l’éternel conflit entre l’optimiste et le pessimiste, ou devrais-je dire plutôt, entre l’optimisme et la lucidité. À première vue, la lucidité l’emporte: les chrétiens avaient beau chanter, les lions ne les en dévoraient pas moins avec un bel appétit. Ça devait leur faire

restaurant et les enfants ne la voyaient plus que le soir, au retour de l’école. Le matin, Marie-Ange et Andréanne devaient s’occuper des plus jeunes, les faire déjeuner, les aider à s’habiller, retrouver les tuques et les mitaines égarées et préparer les goûters avant de pouvoir s’occuper d’elles-mêmes. Le soir, c’était la préparation du souper puis la vaisselle et encore s’occuper des jeunes. Parfois Andréanne trouvait à garder des enfants pour pouvoir rapporter à sa mère vingt-cinq ou

Download sample

Download

Comments are closed.